Le HuffingtonPost à la pointe de l’info ?

Alors que le Groupe Horizontal Drogues de l’Union européenne se réunira à Dublin le 25 février pour adopter finalement la stratégie de lutte contre les drogues dans l’espace européen, et définir les principaux axes de son premier plan d’actions, on se demande quand l’UE osera rebondir pour changer la donne internationale ?
Et on remerciera le HuffPost international d’avoir repris cette interview, en attendant d’en trouver une traduction intégrale... http://www.huffingtonpost.com/2013/02/11/gil-kerlikowske-marijuana_n_2664469.html
Mais depuis le vieux continent que retirera-t-on des déclarations de Gil Kerlikowske, le directeur de l’agence anti-drogues aux Etats Unis ?
Cet ancien chef de la Police de Seattle, de 2001 à 2009, s’était opposé en 2003 au référendum local à Seattle pour que la possession de cannabis par un adulte pour usage personnel ne soit plus considérée comme une priorité par la police, au motif que c’était déjà le cas selon lui. Dix ans plus tard, l’Etat de Washington est en train de légiférer sur le cannabis en adoptant un régime de régulation similaire à celui de l’alcool.
En 2009, lors de sa nomination par Barack Obama à la tête de l’agence US de lutte contre la drogue, il avait rassuré les opposants à la prohibition, en déclarant que les termes "guerre à la drogue" n’étaient plus appropriés et que les Etats Unis n’étaient pas en guerre contre leur propre population.
Aujourd’hui, il reconnait que "l’administration n’a pas su bien gérer le problème, primo sur les questions de santé publique relative au cannabis, et deuxio sur ce que nous devrions faire et dans quel sens notre politique des drogues devrait aller" et d’ajouter qu’"il existe suffisamment de données scientifiques à propos des risques liés au cannabis pour la santé, sans idéologie. Même si je ne crois pas que la légalisation des drogues et le fait de les rendre accessible soit une bonne chose, je ne crois pas qu’enfermer tout le monde soit une bonne solution".
Dans la veine du chef de l’UNDCP, un autre protagoniste est mis en avant. Il s’agit de Kevin Sabet, dernier rempart de la prohibition US... L’ennemi N°1 de la légalisation du cannabis. Un prohibitionniste de la pire espèce qui peut imposer sa rhétorique, en tant qu’expert, notamment parce qu’il a réussi à se maintenir en tant que conseiller de la Maison Blanche de la politique en matière de drogues sous l’administration Clinton puis Bush puis Obama... Le parfait caméléon pour contrecarrer les efforts des organisations citoyennes telles NORML, SSDP, DPA... etc.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire